Skip to content Skip to footer

Parcours de l'artiste

Claude Legrand, né le 8 mai 1966 à Savigny-sur-Orge dans l'Essonne est un peintre français.Il partage son temps entre son atelier de Clermont-Ferrand dans le Puy-de-Dôme et celui de Saint-Bonnet-de-Condat dans le Cantal.

Nombres de ses tableaux sont présents dans des collections privées du monde. Dès sa petite enfance, Claude Legrand découvre les musées parisiens ; le Jeu de Paume avec la peinture impressionniste et l'Orangerie avec les grandes nymphéas de Claude Monet sont un choc émotionnel. Les livres de la bibliothèque familiale compléteront cette culture picturale.

À propos de ces découvertes, il a déclaré « James Ensor, Camille Corot et Nicolas De Staël dont je garde comme imprimées dans mon esprit les images vues dans un livre de la bibliothèque familiale ont été à la genèse de ma vie de peintre ». Une boite de couleur offerte à l'âge de 7 ans ancrera cette certitude de vouloir être peintre.

À 17 ans avec l'appui de Serge Hélias, directeur de l'école des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand, il réussit le concours d'entrée. Il obtient son diplôme des beaux-arts en juin 1988. Le conseil départemental du Puy-de-Dôme lui décerne le prix Espoir des Volcans 1997.

Depuis plus de trente ans, il se consacre à son travail, se nourrissant de littérature, de poésie, de musique. En 2017, le livre Les Voyages immobiles qui présente son travail sur 25 ans sort en librairie. La poésie tient une place primordiale dans sa vie.

Elle est à la base d'expositions comme « La poésie sauvera le monde « avec les poètes Jean-Pierre Siméon, Jacques Viallebesset et Christian Moncelet et le photographe Julien Mignot présentée au patio de la librairie les Volcans à Clermont-Ferrand.

Il publie des livres avec le poète Jacques Viallebesset :

- Le Plain chant des hautes terres, aux éditions du Nouvel Athanor en 2019. Ce livre présente un ensemble de 27 toiles et 27 poèmes consacrés aux hautes terres du Cantal, particulièrement au plateau du Cézallier.
- Pérégrinations avec Gaspard, Ceux d'en haut - 2022. La cinquième saison, aux éditions du Nouvel Athanor en 2023.

La nature, les grandes balades et la quête des champignons sont capitales pour la maturation de ses toiles. Comme il l'a dit à Christian Bobin lors de leur rencontre, « Je suis un sanglier lorsque je cherche les champignons ». Cette rencontre avec Christian Bobin avec lequel il a noué un échange épistolaire a été capitale pour son travail. Avec cette amitié est née la découverte de l’œuvre d'André Dhôtel, nourriture importante de sa peinture. En 2001, il achète une maison dans le Cantal où il installe un atelier pour s'immerger dans ces paysages qui le touchent et qui l'inspirent. La musique l'accompagne toujours dans l'atelier ; Arvo Part, Warren Elis, Jean-Sébastien Bach, Sergueï Rachmaninov, Georges Brassens, et son ami Eryk.e parmi tant d'autres.

Avec le musicien Eryk e, il organise des événements pluridisciplinaires ; une performance a lieu à la chapelle des Cordeliers à Clermont-Ferrand en 2018 : il peint devant le public pendant le concert.

Réalisation Marc Nevoux – Issoire